Europa League : en route vers Budapest

Europa League : en route vers Budapest

4 septembre 2022 6 Par Franck C

C’est un long marathon footballistique en plusieurs étapes qui attend l’ASM à partir de jeudi prochain dans le cadre de la campagne d’Europa League 2022-2023. La phase de groupes qui aura lieu du 8 septembre au 3 novembre 2022 sera éprouvante et le club monégasque affrontera d’abord les serbes de l’Etoile Rouge de Belgrade à l’extérieur. S’ensuivront 5 autres rencontres aller-retour face aux Hongrois du Ferencvaros et aux Turcs du Trabzonspor. Les hommes de P.Clement sont annoncés comme favoris potentiels de ce groupe « plus abordable » en théorie que celui de la campagne précédente achevée tristement en 8èmes de finale face au FC Braga et dans lequel le PSV et la Real Sociedad avaient donné du fil à retordre au club de la Principauté dans la phase de poules. Au vu des indices UEFA et des derniers parcours en Europa League de ces trois clubs, l’ASM paraît plus armé pour finir aux deux premières places de la poule H. Cependant, quand on y regarde plus près, l’Etoile Rouge de Belgrade occupe le 36ème rang européen à l’indice UEFA alors que l’ASM se classe au rang 61 de ce même indice. La réalité du terrain et la chaude ambiance des supporters serbes, hongrois et turcs à l’extérieur seront aussi à prendre en compte. La tâche ne sera donc pas facile malgré tout pour sortir haut la main de cette poule H et ensuite jouer les huitièmes de finale avec toute l’incertitude qui entoure ces matchs à élimination directe. Le chemin sera long et sinueux vers une potentielle finale qui aura lieu à Budapest en mai 2023. Nous vous proposons de vous présenter ces trois premiers adversaires européens en détails.

 

L’Etoile Rouge de Belgrade : la tradition européenne

C’est certainement l’adversaire le plus expérimenté du groupe de l’AS Monaco. Nantie d’une histoire riche de multiples participations dans les différentes coupes européennes depuis la création du club en 1945 (Coupe d’Europe des clubs champions et Coupe UEFA) et de titres de champions nationaux (Championnat de Yougoslavie jusque 2004, puis Serbie depuis 2006, avec comme principal rival le Partizan de Belgrade) et de coupes nationales, l’Etoile Rouge, c’est un palmarès remarquable en Europe : 1 Coupe des clubs champions (1991, face à l’OM) et une Coupe Intercontinentale (1991), une finale de Coupe UEFA (1979) et 32 titres de champion national et 26 coupes nationales également. D’après des sondages réalisés en 2007 et 2008, l’Étoile Rouge est le club de football le plus populaire en Serbie, avec près de 50 % de la population du pays qui déclare soutenir le club aux couleurs rouge et blanc comme l’ASM. A l’instar du club monégasque, les Serbes restent sur une élimination en huitièmes de finale la saison dernière en Europa League (2-4 face aux Rangers). Champion national de Serbie en 2022, le club a été éliminé en barrages de la Ligue des Champions après deux confrontations spectaculaires contre le Maccabi Haifa (4-5 sur l’ensemble des 2 matchs dont un but CSC d’un joueur serbe au match retour à la 90ème…). Ecoeuré, l’entraineur D.Stankovic a même remis sa démission à l’issue de cet échec sportif frustrant pour le club et ses supporters. L’Etoile Rouge est assurément le plus capé des 3 adversaires de l’ASM. En participant dans les dernières années récentes à la Ligue des Champions (phase de poules) deux saisons de suite en 2018-2019, puis 2019-2020 (avec un reversement en Europa League à chaque fois), le club serbe a l’habitude des joutes européennes même si sa meilleure saison européenne depuis 2010 reste celle de la saison dernière avec un 8èmes de finale. Sous la houlette d’un nouveau coach, M.Milosevic, l’Etoile Rouge est reparti sur des bases élevées en championnat de Serbie (6 victoires en 7 matchs joués). Avec finalement peu de moyens financiers, le club a cependant recruté l’ex Nantais, K.Coulibaly, attaquant malien (libre), ainsi que l’ailier droit ghanéen O.Bukari et l’avant-centre serbe Pesic, venus étoffer le secteur offensif du club de Belgrade. Le club serbe ne sera pas facile à jouer surtout dans son antre du stade Rajko Mitic surnommé également le « Marakana ». Beaucoup parlent de « l’enfer » de ce stade et du côté « étouffant » du tunnel menant les joueurs jusqu’au terrain ! L’ambiance du stade y est « chaude » avec des supporters serbes qui n’ont pas hésité récemment à chanter un hymne en faveur de la Russie lors d’un match de championnat de Serbie au début du conflit russo-ukrainien…Les Monégasques sont prévenus, le match sera « compliqué » à Belgrade jeudi prochain.

Les joueurs à surveiller : le solide défenseur central autrichien A.Dragovic ; le milieu de terrain A.Katai et l’avant-centre A.Pesic

 

Trabzonspor : l’outsider du groupe

Le Trabzonspor Kulübü (couramment abrégé Trabzonspor ou encore Trabzon) sera un adversaire tout aussi coriace pour l’ASM. Son histoire est certes plus récente (le club a été fondé en 1967) mais le club turc est désormais un club de 1er rang en Turquie avec Galatasaray, Fenerbahce et Besiktas ses rivaux stambouliotes. « Trabzon » est l’un des rares clubs du top 4 en Turquie à ne pas être localisé à Istanbul mais en Anatolie et cette spécificité géographique entretient les passions de ses supporters fraîchement enivrés d’un titre de champion de Turquie acquis à l’issue de la saison 2022 , titre national attendu depuis 38 ans. Au niveau national, Trabzon c’est 7 titres de champion national et 9 coupes de Turquie, pas mal pour un club relativement jeune sur le plan professionnel. En revanche, le club turc n’a pas du tout le même niveau d’expérience européenne que l’ASM ou l’Etoile Rouge de Belgrade, ce qui peut être pénalisant parfois dans les rencontres européennes à fort enjeu. Classé 226ème club européen à l’indice UEFA (2021/2022), Trabzonspor reste certes une place forte difficile à prendre en Super Lig turque mais demeure au final un club « discret » dans les coupes européennes. Malgré 9 participations en Coupe des clubs champions et en Ligue des Champions, et 17 participations en Coupe UEFA puis Ligue Europa, Trabzon n’a pas fait mieux qu’une phase de poules en 2011-2012, et qu’un huitième de finale en Coupe UEFA en 1991-1992 et 1994-1995. Sa meilleure performance en Europa League reste trois seizièmes de finale en 2011/2012, 2013/2014 et 2014/2015. Fort de son titre national glané à la barbe des rivaux stambouliotes, Trabzon espérait disputer la phase de poules de la prestigieuse Ligue des Champions. Malgré un recrutement plutôt intéressant en début de mercato estival (arrivées de l’attaquant égyptien Trezeguet d’Aston Villa, du défenseur central espagnol M.Bartra du Bétis Séville, du milieu offensif macédonien E.Bardhi de Levante et  du défenseur latéral danois Larsen de l’Udinese entre autres), le club turc n’a pas réussi à renverser les Danois du FC Copenhague en barrages de Ligue des Champions il y a quelques jours (1-2 sur l’ensemble des deux matchs). Conscient de cet échec, le club a continué à étoffer son effectif en recrutant récemment d’autres joueurs en manque de temps de jeu la saison dernière : on citera par exemple J.P Gbamin, ex Lensois, transféré à Everton la saison dernière et prêté cette saison à Trabzon ; également l’attaquant uruguayen Maxi Gomez en provenance du FC Valence, ainsi que U.Bozok en provenance du FC Lorient et à l’extrême limite du 1er septembre 2022, de Y.Yazici, en provenance du LOSC et qui retrouve son club formateur pour se relancer. Trabzon ne veut pas faire de figuration en Ligue Europa et a même tenté des joueurs de très bon calibre. Des contacts sérieux ont été entrepris avec deux joueurs du PSG Icardi et Raphinha, sans que cela aboutisse cependant. Actuellement, en Super Lig, Trabzon peine un petit peu en occupant provisoirement une 6ème place mais à seulement 1 point du leader provisoire, Konyaspor. Le club turc reste assurément une équipe difficile à manier, avec un pressing haut et compact, une défense très solide et un secteur offensif fourni. Le déplacement en terre anatolienne sera assurément « chaud » pour l’ASM. Beaucoup d’observateurs du football turc confirment la qualité de l’effectif géré habilement par le coach A.Avci qui a réussi à instaurer un climat favorable entre plusieurs joueurs à forte personnalité et un effectif pléthorique de plus de 40 joueurs professionnels ! L’ex attaquant caennais et montpelliérain F.Koita joueur de Trabzon confirme la solidité de l’équipe turque : « Le coach a réussi à créer un environnement idéal pour travailler. Il a construit un véritable groupe. Il y a de la qualité et une excellente mentalité. Il a réussi à fédérer et ça se ressent sur la pelouse.  » . Méfiance donc pour l’ASM, Trabzon aura de solides arguments en Europa League.

Les joueurs à surveiller : l’attaquant égyptien Trezeguet ; les milieux turc Omur et macédonien E.Bardhi ; le défenseur central brésilien V.Hugo

 

Ferencvaros : l’épouvantail du groupe

C’est une « équipe largement abordable » diront certains, « la plus faible » du groupe diront les autres. Le club hongrois, dernier champion de Hongrie 2021-2022 n’est certes pas un monstre européen, loin de là, mais il ne fera pas non plus de la figuration dans cette phase de poules. Ferencvaros est le plus titré des clubs de Hongrie (33 titres de champion et 24 coupes de Hongrie ; viennent ensuite le MTK Budapest et l’Ujpest en matière de nombre de titres nationaux) et  le club de Budapest a surtout remporté au niveau européen une Coupe des Villes de Foire en 1964-1965 (coupe européenne ancêtre de la coupe UEFA). Il s’agit au passage du seul club hongrois à avoir conquis un titre continental à ce jour. Par ailleurs, le club a aussi disputé en 1971-1972 une demie finale de Coupe UEFA et une finale de Coupe d’Europe des vainqueurs de coupe 1975 contre le Dynamo Kiev. Classé actuellement 98ème club à l’indice UEFA,  les récentes participations du club en coupe d’Europe sont peu remarquées et remarquables. En Ligue des Champions, le club a récemment joué une phase de poules (2020-2021) au cours de laquelle, Ferencvaros a fini bon dernier dans un groupe composé de la Juve, du Barca et du D.Kiev. Contraint à effectuer les 3 tours de barrages de la Ligue des Champions 2022-2023, les Hongrois du Ferencvaros ont chuté au 3ème tour de qualification contre l’équipe azérie de Karabagh (2-4 sur l’ensemble des deux matchs). A l’instar de l’Etoile Rouge de Belgrade, Ferencvaros domine largement les débats en OPT Bank Liga (dénomination officielle du championnat de Hongrie 1ère Ligue), championnat avec un niveau certainement proche de la L2 française et le club hongrois n’a pas du tout les mêmes moyens financiers de l’ASM ou du Trabzon. Cela se ressent en matière de recrutements. Cet été, le seul recrutement onéreux (2 millions d’euros) est l’attaquant malien A.Traoré en provenance du Sheriff Tiraspol. A.Gojak, milieu de terrain bosnien a également été recruté au Dinamo Zagreb pour 1 million d’euros. On citera également le recrutement d’un milieu de terrain français X.Mercier (0,5 M. d’euros) en provenance du OH Louvain. Les joueurs de l’expérimenté coach russe Cherchesov auront de surcroît une motivation supplémentaire lors de la campagne Europa League qui commence jeudi prochain. En effet, la finale de la Ligue Europa se jouera au stade Ferenc Puskas de Budapest le 31 mai 2023. Même si les favoris de la compétition sont légion (M.U, AS Roma, Arsenal, Lazio…sans oublier les reversés de la Ligue des Champions à partir des 8èmes de finale), les joueurs hongrois vont jouer leur va-tout sans pression aucune, ce qui en fera un adversaire à surtout ne pas sous estimer.

Les joueurs à surveiller : les attaquants F.Boli et A.Traoré, les frères marocains Mmaee (Samy défenseur central , Ryan attaquant), le milieu tunisien Laidouni, le jeune latéral droit hongrois Botka.

 

En résumé et tel que l’a déclaré récemment P.Clement à la presse: « Ce ne sera pas une route facile » que cette campagne Europa League qui débute jeudi prochain en terre serbe. L’ASM devra être irréprochable en matière d’état d’esprit face à des adversaires qui ne lâcheront rien. Prudence, méfiance, sérieux et application seront nécessaires aux joueurs. Daghe Munegu !

« útban Budapest felé* » !   

 

*en route vers Budapest (en hongrois)

Sources : Transfermarkt ; l’Equipe, UEFA.com