Au revoir et merci Mister Classe

Au revoir et merci Mister Classe

2 janvier 2022 49 Par Geoffroy B

Pour ceux qui supportent l’AS Monaco depuis quelques années, l’attitude de Niko Kovac, malgré son « jeune âge » ressemblait assez fortement à un autre Mister : Claudio Ranieri. La classe, c’est inné, ça ne se travaille pas, et même avec un survêtement Kappa.

L’homme de Mitchell

Après l’éviction de Robert Moreno qui a surpris plus d’un, Paul Mitchell avait carte blanche et il avait donc choisi un entraîneur avec l’étiquette Red Bull. Hormis un CV bien plus impressionnant que l’Espagnol, le jeu offensif, la progression des jeunes et sa communication étaient normalement les caractéristiques de l’ancien du Bayern. Aussi, il faut bien le dire, il fallait de la poigne et du caractère pour motiver l’effectif. Oleg Petrov et Paul Mitchell seront-ils fragilisés si le futur nouvel entraîneur déçoit ? L’avenir nous le dira.

Un bilan honorable

Sans parler du jeu produit, si on s’arrêtait aux statistiques, Niko Kovac serait l’un des meilleurs entraîneurs asémistes de l’histoire ! Mister Classe qui est également Mister Coupe a relancé la machine et l’AS Monaco était une magnifique équipe, il faut bien le dire à la fin de la saison dernière. Paris, trop fort, gâchait la fête en finale de la Coupe de France. Avec une fin de saison 2019-2020 en boulet de canon, les Rouge & Blanc arrachent une troisième place synonyme, non pas de Ligue des Champions, mais de barrages pour la Ligue des Champions, totalement différent.

Une triste fin

Même si le jeu n’était plus là, les résultats positifs commençaient sérieusement à revenir pour ce nouvel exercice. Comme Jardim face à Lille, c’est par une victoire face à Rennes que Kovac s’arrête. Avec un effectif peu remanié mais des recrues pas encore au niveau, l’écurie princière a peiné en championnat mais réussi en Ligue Europa. Alors que la Ligue 1 est extrêmement serrée, hormis la première place, on peut penser que notre coach aurait trouvé les clefs pour atteindre l’objectif podium ; on ne le saura jamais.

Les raisons du divorce

On le sait, notre propriétaire a les moyens et un licenciement n’est pas un obstacle si les choses, de son point de vue, ne vont pas. Après le champagne effervescent de la fin de saison dernière, la gueule de bois était trop douloureuse ensuite. L’élimination cruelle face au Shakhtar Donetsk, la gestion de certains joueurs (Ben Yedder, Fofana, Nübel, Volland, …), la dureté quasi-militaire de l’homme et le jeu produit ces derniers mois auront eu raison de l’avenir du Croate sur le Rocher.

Au revoir et Merci

Néanmoins, on s’était habitué à ses gueulantes sur le terrain (qu’on entendait encore mieux lorsque les stades étaient vides). L’AS Monaco reste une entreprise et les salariés viennent et repartent, difficile de s’attacher véritablement. L’Equipe révèle les dessous du départ de cet homme classe, jusqu’à la fin, dans l’intimité d’un vestiaire : un départ sans heurt, sans aigreur avec un message presque incroyable qui se résumerait en un : « j’ai été dur avec vous mais c’était pour votre bien ».

Merci coach et bonne continuation

Photo : Jonathan Moscrop – Sportimage – Icon Sport