W.Isidor: « Je me suis peut-être vu trop beau »

W.Isidor: « Je me suis peut-être vu trop beau »

8 juin 2021 9 Par Romain M

Désigné révélation de la saison en National, Wilson Isidor s’est longuement livré au magazine « Onze Mondial ». Durant cet entretien, le Monégasque, prêté cette saison à Bastia-Borgo, revient sur son passé et sa jeune carrière de footballeur.

Son arrivée sur le Rocher

« Lorsque j’arrive à Monaco (à l’été 2018), tout se passe bien au départ, je joue lors des matches de préparation. Avec Leonardo Jardim, c’était bien, je m’entraînais avec le groupe pro et je jouais avec la réserve le week-end. Puis, Thierry Henry est arrivé et c’était encore mieux, j’étais régulièrement dans le groupe pro pour les matches. En janvier 2019, Jardim est revenu pour l’opération maintien et il a enlevé beaucoup de jeunes du groupe comme Sofiane Diop et moi ».

Après avoir été écarté du groupe par le coach portugais, Wilson Isidor se fait une déchirure du droit fémoral de la cuisse gauche. Le début du calvaire : il vit une saison suivante difficile où il est prêté au Stade Lavallois (13 matches de championnat pour 1 but) et enchaîne les blessures : « Je ne comprends pas parce que je ne joue pas alors que je suis venu à Laval pour jouer ! Mentalement je prends un nouveau coup. Puis je me blesse et je rate encore deux, trois mois… Je reviens et je me blesse encore ! Pendant un an et demi j’ai enchaîné les blessures ».

A l’été 2020, Niko Kovac lui signifie qu’il ne compte pas sur lui pour cette année : « Je n’étais pas frustré. Je ne m’attendais pas à jouer en Ligue 1 alors que je ne m’étais pas imposé en National. Ce qui me rassurait, c’est que les autres voyaient mes qualités ; Keita Baldé par exemple. Il se demandait pourquoi je ne jouait pas avec les pros ».

Un prêt salvateur en Corse

Wilson Isidor part en prêt au club de Bastia-Borgo à l’été 2020 : « Ils m’ont mis bien dès que je suis arrivé. J’étais aligné avec mon compère d’attaque, Geoffrey Durban, qui m’a pris sous son aile et qui a beaucoup travaillé pour moi sur le terrain. On a mis plein de buts […]. Tout le monde m’a beaucoup aidé : mes coéquipiers, le staff, la direction… ».

Lorsque son avenir est évoqué, la révélation du championnat de National se montre plutôt prudent et réfléchi: « Même si c’est bien de s’entraîner avec des grands joueurs et d’être dans la rotation, j’ai besoin de jouer pour progresser et atteindre mes objectifs. […] Je ne veux pas griller d’étapes ! Si je dois passer par la case Ligue 2, j’irais en L2, même si je pense avoir les qualités pour jouer en L1. Je me suis déjà brûlé les ailes, je ne veux pas recommencer. Je me suis peut-être vu trop beau à un moment donné. Maintenant, je sais ce que je vaux et je sais ce dont j’ai besoin ».

Source : onzemondial.com / Photo: Pascal Della Zuana – Icon Sport